Signes-Fantômes

Résumé et Tentative d’explication
C’est en juillet 2014 que je les ai vus pour la première fois.
J’étais allongé sur un lit d’hôpital pour un examen simple. Je n‘avais aucune activité physique et regardais le mur clair à 4 mètres de moi. Et j’ai vu des grands dessins, puis, à d’autres moments, des lignes d’écriture. Il y en avait partout où je regardais. Je les retrouvais ensuite chez moi et ailleurs…
Je les ai appelés des signes-fantômes et je les trouve toujours, même si parfois ce n‘est pas très facile.

Il faut regarder soigneusement un endroit libre de couleur unie, papier, mur lisse, objets divers. Après quelques secondes, apparaissent des lignes de texte ou des dessins de formes très fines, irrégulières et mouvantes, un peu plus foncées ou claires que la zone regardée. Tout est parfois à peine visible ou sensible, mais existe en permanence.
Les lettres bougent sans arrêt comme si les mots changeaient, ce qui empêche de lire les textes.
Regardés à travers une loupe, les lettres ou les dessins ne sont pas modifiés, mais la loupe ne les agrandit pas, alors qu’elle le fait pour les objets autour, comme si ces lignes d’écriture et signes étaient insensibles à la loupe, où se trouvaient entre la loupe et les yeux.

Les lignes de mots ou les images apparaissent sur toutes les surfaces de couleur unie autour de moi. Quand je penche la tête d’un côté ou de l’autre, les lignes d’écriture suivent la ligne de mes yeux et donnent l’impression d’être projetées depuis mes yeux…
Ailleurs, partout, nous pouvons les distinguer aussi.
Je les vois partout et même dans la tache de ma DMLA. Ce ne sont donc pas les yeux qui voient ces images.

Suis-je seul à les voir ?
Non ! Tout le monde peut les voir. Mais personne ne les remarque, probablement parce qu’on sait, ou on croit savoir, qu’elles pourraient être liées au fonctionnement des yeux ou autre phénomène, dans les organes et organismes…

En octobre 2014, j’en ai pris des photos. Les Signes-Fantômes de lignes d’écriture, sont visibles, nettement, même si elles sont difficiles a distinguer d’un fond de mur nu ou des feuilles d’arbustes du jardin.

Davantage d’observations ont été notés dans un récit plus complet. Il est disponible sur demande par courriel : phdardel@orange.fr en français
or in English

Essais d’explication

Ces observations surprenantes remettent en cause de nombreux phénomènes physiques de l’univers et du fonctionnement des êtres vivants, comme la lumière, la vue, les contacts et sens ou sensations, le fonctionnement du système nerveux… confirmant probablement certaines de mes propositions qu’il faut réexaminer.

Reprenons les phénomènes qui pourraient être liés à ces signes-fantômes.
Les objets « êtres vivants » sont créés et constitués exactement comme tous les autres objets de matière dans l’espace, avec une enveloppe ou « limite » extérieure créée par la gravité de l’objet ou de ses parties.
Ces objets sont dans l’éther de l’espace.
Ils sont en continuelle modification ou création de leurs petites protéines avec perturbations des électrons de l’espace, transmettant plus ou moins loin dans l’espace interne, — et probablement externe dans certains cas, pour les plantes par exemple et voir ci-dessous —, les informations concernant ces modifications. Voir l’étude de l’influx nerveux au Chapitre VI.

Ces dernières années, des recherches ont montré que le sens de toucher est le seul à agir à l’intérieur des organismes des êtres vivants. Les attributs comme les yeux, le nez ou la langue sont des accessoires de ce sens.
Les signes-fantômes, lignes de texte ou dessins, apparaissent comme une visualisation des perturbations internes et les lettres et mots pourraient correspondre à des pensées qui varient en permanence, jusqu’à une décision inconsciente qui modifie un site mémoire ou effecteur. Les enregistrements paraissent n’être pas réalisés immédiatement, comme s’il fallait attendre la fin de la réflexion.

Ces remarques semblent irréalistes comme le fait de croire que nous voyons ces perturbations dans les signes-fantômes…

Comment et pourquoi voyons-nous ces signes fantômes ?
Cela confirmerait le transfert de toutes les informations, — même celles en cours de création —, par les perturbations de l’éther de l’espace interne des organes et organismes.
Les signes fantômes pourraient correspondre à la « lecture » des informations mouvantes portées par les petites protéines créées dans l’espace interne des organes et autour, à leur limite externe pour déterminer cette limite, variable avec la qualité des matières.

De la même façon que se créent tous les corps et objets, — en même temps que la gravité interne —, tel qu’expliqué au chapitre III.
Les variations des petites protéines dans les organes et organismes formeraient autour d’eux un faible nuage gravitique, tel l’atmosphère autour des objets.

Les signes fantômes ne varient pas immédiatement selon les activités… Ce qui pourrait être un début d’explication du fonctionnement d’un quasi-système nerveux des plantes et tous autres êtres vivants.

© Philippe Dardel – 14,11,2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s