En Électricité, les Isolants Topologiques

 … peuvent aider à comprendre le fonctionnement du courant au niveau primordial. On ne sait pas ce que sont courant et systèmes électriques sur la Terre, alors que les moteurs et générateurs sont utilisés depuis 150 ans.

Dans l’Univers, tous les événements, créations ou transformations de matières et d’objets, sont réalisés par des liaisons d’électrons, libres ou déjà participants à des composés et des matières.

L’électricité est cette possibilité d’action.

Toute action crée, en même temps, des perturbations des dispositions des électrons de l’éther dans tout l’espace considéré comme un tout unique, ou dans des espaces limités à des objets de toutes dimensions, comme les atomes ou l’atmosphère d’une galaxie.


Première partie. Le courant électrique et les systèmes


Le Courant Électrique

C’est un phénomène, utilisé par les êtres vivants, pour créer un travail à un endroit précis. Il n’existe pas dans les étoiles et autres objets de l’espace.

Ce travail est toujours une liaison d’électrons, composants d’objets précis connectés au système électrique. Le courant électrique est donc le transfert d’électrons qui seuls peuvent réaliser le travail demandé.

Le fonctionnement est difficile à expliquer, parce qu’il fait intervenir des actions que l’on imagine mal en électricité, malgré leur simplicité.

Le transfert est réalisé par les électrons des perturbations de l’espace interne du système électrique de la façon suivante ; ce sont des ondes de l’espace (OE) que nous explications dans l’article du 20 novembre 2016 :

  • Quand un outil utilisateur (ampoule, moteur, transformateur, résistance,…) est connecté au système, il est mis en contact d’électrons ou petits composés libres, existant dans le système, pour que se produise une ou plusieurs liaisons d’électrons qui réalisent le début du travail demandé ; il faut parfois utiliser un « incitateur » (starter) ;
  • Ces liaisons, comme partout ailleurs, créent des perturbations des électrons de l’espace interne du système électrique. Elles « copient » ainsi le travail qui a été exécuté par l’utilisateur ;
  • Ces électrons des perturbations se déplacent naturellement dans n’importe quelle direction dans l’espace interne du système jusqu’à liaison avec des électrons du fournisseur, seuls électrons disponibles dans le système (et création d’un composé qui est évacué dans l’atmosphère) ;
  • D’autres perturbations sont créées, dans le système, pour donner des « charges » correspondant aux liaisons et objets qui ont été créés. c’est-à-dire celles de l’utilisateur ;
  • Les électrons des nouvelles perturbations vont vers l’utilisateur pour de nouvelles liaisons et le phénomène recommence.

Tout se réalise à la vitesse des vibrations des électrons, c’est-à-dire celle de la lumière.

Les liaisons des électrons ne sont pas toujours immédiates à cause de l’hystérèse qui est assez forte pour être remarquée facilement dans tous les phénomènes électriques.

Ce fonctionnement nous explique différents phénomènes connus depuis très longtemps :

  • C’est l’outil utilisateur qui déclenche l’action ; l’utilisation précède la fourniture des charges ;
  • La charge du fournisseur de courant n’est jamais éparpillée dans le système électrique ; elle reste dans la batterie ou le rotor du moteur ;
  • Dans le circuit ou système électrique, seuls se déplacent les électrons des perturbations de l’espace interne ; nous pouvons les considérer comme le courant électrique.


Les Systèmes Électriques

Ce sont des zones dans lesquelles le « courant électrique » est créé, et se déplace entre plusieurs outils, utilisateur ou « fournisseur » d’électrons.

Ils sont donc pratiquement composés uniquement des outils fournisseur et utilisateur (et des outils de préparation des courants selon les utilisations ou productions), l’ensemble étant lié par des câbles conducteurs qui sont des zones de déplacements des électrons du courant.

L’ensemble du système est isolé électriquement de l’espace extérieur.

Un des principaux problèmes est celui du conducteur avec son isolation.

Avec notre étude, nous savons que le conducteur ne déplace que des électrons des perturbations de l’espace interne du système composé d’électrons de l’éther universel (cosmic web). Il ne doit pas rencontrer d’autres électrons libres ou liés à d’autres en petits composés.

Ce câble doit être bien isolé de l’extérieur pour éviter que des composés déplacés par les gravités des objets et atmosphères pénètrent dans les systèmes (apparent « champ magnétique »).

Un câble de cette sorte est très difficile à trouver. Un espoir était venu avec les semi-conducteurs à base de graphène, et autres molécules particulières créant des objets isolants ou conducteurs selon les utilisations. Mais les résultats étaient toujours déçus.

Tous les techniciens en électricité savent que « le courant passe dans la peau des conducteurs ». Il fallait trouver un porteur tenant compte de cet élément difficile à comprendre et réaliser. Et en même temps, l’isoler de l’extérieur.

Il y a quatre ans, des chercheurs et techniciens ont inventé des isolants topologiques dont la masse est isolante, mais elle porte une partie conductrice d’électricité grâce à des éléments métalliques.

Le Nobel de physique 2 016 a été attribué à trois Britanniques, David J. Thouless, F. Duncan Haldane et J. Michael Kosterlitz, pour leurs recherches et la découverte théorique des transitions de phases topologiques dans la matière.

En décembre 2016, des physiciens de l’Université de Würzburg (Allemagne) ont fait une étonnante découverte : dans un modèle spécial d’isolateur topologique, une structure cristalline pourrait créer une continuité solide d’éléments conducteurs adossés ou protégés par une matière isolante continue. Des recherches complémentaires sont nécessaires, mais ce pourrait être l’espoir de créer des conducteurs isolants nouveaux pour toutes les utilisations de l’électricité, y compris la supraconductivité et les télécommunications.

Nous reprendrons prochainement cette étude de l’électricité pour toutes les activités et phénomènes liés dont les développements peuvent dépendre de la découverte des nouveaux conducteurs et isolants topologiques.

© Philippe Dardel, 19 décembre 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s