Des erreurs et des grands physiciens, Galilée, Newton, Einstein et autres actuels…

Il est difficile de ne pas mélanger les observations sur Terre et dans l’espace pour comprendre tous les phénomènes et en établir des résultats valables pour tout l’Univers, Terre comprise. Même les grands physiciens ont été piégés par l’anthropomorphisme.
Les mathématiques 

Les mathématiques forment une science exacte, utile pour décrire des phénomènes connus, dont le fonctionnement est difficile à comprendre et, dans certaines conditions pour faire des prévisions.

Peut-être utilisé en cosmologie, qui reste une spéculation non scientifique.

En physique des phénomènes réels tels qu’ils sont observés, les math sont difficiles à utiliser à cause des tentations qui entraînent à faussement matérialiser des outils mathématiques. Les exemples en sont la RT d’Einstein, l’atome, et la MQ


La Relativité

L’étude des phénomènes de relativité semble commencer avec Galilée.

Ses recherches sont continuées par Newton, puis complétées par Einstein.

Pour expliquer des référentiels différents, Galilée raconte un bateau sur mer calme se déplaçant à vitesse constante, sans que des marins puissent savoir s’il y a mouvement ou non. Einstein utilisera des ascenseurs.

Ils ont fait tous les deux des erreurs dues à l’anthropomorphisme.

Sur Terre, nous différencions des référentiels pour des phénomènes bien déterminés par des qualités ou événement précis, avec les caractéristiques qui les différencient. Uniquement celles-là. On ne tient pas compte de l’environnement général qui ne change pas, gravité, lumière et l’espace entourant le tout.

Pour les objets de l’espace dont les chercheurs voulaient étudier séparément les comportements, ils séparaient quelques qualités particulières, puis ils généralisaient leurs observations. Ils ne tenaient pas compte de certaines caractéristiques inchangeables, leur environnement, le même partout, qui est l’espace, sans dimension, hors celles humaines que nous utilisons parfois.

Toutes les études mathématiques concernant la relativité, même celles d’Einstein n’ont donc aucun intérêt.

D’ailleurs, les astrophysiciens ne pensent jamais qu’ils pourraient en avoir besoin. Ils ne s’en occupent pas et ne la mentionnent jamais.


L’attraction gravitationnelle et la gravité des objets de l’espace.

La gravité sur Terre a été étudiée ou mentionnée depuis l’antiquité et Newton a été le premier a en établir une théorie qu’il a généralisée à l’Univers, sans y croire. Il faut en lire l’histoire écrite par les historiens, pas les physiciens.

Trente ans après, les physiciens ont fini par adopter cette théorie et deux siècles plus tard, Einstein, qui n’y croyait pas non plus, l’a incorporée a sa théorie de la relativité, par une déformation de l’espace-temps, jamais observée par les astronomes.

Actuellement, au début du XXIe siècle, des physiciens l’étudient différemment. Leurs idées sont difficilement acceptées, probablement à cause des théories, qui pour certains physiciens empêchent toutes réflexions, en particulier la relativité d’Einstein.

Dans les objets de l’espace, la gravité est créée naturellement, au fur et à mesure de la création et l’agrandissement de ces objets, y compris notre Terre.


La mécanique quantique
est une création des études mathématiques.

Peu à peu les physiciens expliquent et incorporent des éléments dans une physique plus classique.

D ans l’Électronisme, nous l éliminons complètement comme nous l’expliquons dans notre article du 5 décembre 2016 : wp.me/p7SK6t-5K  


Le Modèle Standard
de la cosmologie et des particules est également une suite des études mathématiques, Même s’il semble que des particules auraient été observées. Depuis presque un siècle d’étude, celle théorie ne réussit pas à proposer une théorie complète de création et fonctionnement des objets de l’Univers et il est question de l’abandonner.
L’Énergie dans l’espace

C’est un problème qui ne dépend d’aucune théorie précise, même pas mathématique. Il est presque comme sous-entendu dans toutes les théories, dont il semble faire partie.

On parle ou mentionne l’énergie de différentes forces, responsables d’action sans jamais mentionner la forme de cette énergie et ses actions.

Avec l’électron responsable acteur de toutes les actions, l’énergie n’est jamais nécessaire.

Toutes ces précisions peuvent rendre l’Univers beaucoup plus et plus facile à étudier. Des physiciens ne l’accepteraient pas, dit-on.

Mais il y aura toujours beaucoup à comprendre par des physiciens qui devront privilégier les réflexions aux digressions mathématiques et développements philosophiques.

© Philippe Dardel – 9 février 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s