L’électron dans l’Électronisme 

Électron – Masse – Énergie – Ether – Hasard – Neutrinos

Dans l’Électronisme, l’électron est la seule particule élémentaire de l’Univers.

Ses qualités sont connues de tous les physiciens. Elles sont expliquées au Chapitre II de notre essai.

Nous en rappelons les plus importantes :

  • Les électrons sont constitués d’une masse vibrante de matière inconnue ; les vibrations sont intrinsèques et existent toujours ;
  • Le rayon moyen des électrons est de 10-18 mètre ; tout ce qui les concerne se réalise donc au niveau attomètrique ; l’électron étant la seule particule élémentaire, responsable de toutes les actions, toutes se réalisent au niveau attomètrique ; ils sont indestructibles, étant la base même de l’univers ; ils forment l’Éther qui existe partout dans l’espace et dans tous les objets et leurs matières ;
  • Ils sont neutres, sans sens de fonctionnement et sans spin ce qui leur permet de se lier, dans certaines situations, sans besoin de force particulière ; par suite, la matière n’a pas non plus de sens de fonctionnement et l’antimatière n’a aucun sens.

En conséquence, il n’existe pas d’énergie dans l’Univers.

Aucune autre force n’est nécessaire ou utile et n’a jamais été décrite comme existent réellement ni dans l’espace, ni ses objets, y compris sur la Terre.

Sur Terre, nous appelons énergie tous les phénomènes qui ressemblent à des forces naturelles ou artificielles réalisant des actions involontaires ou commandées.
Actions

Il n’existe aucune action prévue ou programmée, indispensable ou accessoire pour le fonctionnement de l’Univers.

Partout dans l’Univers et de tout temps, toutes les actions, sont des conséquences des vibrations des électrons.

C’est la seule règle de fonctionnement des électrons libres ou déjà participants de matière, composés ou objets de l’espace.

Sans conscience dans l’Univers, toutes les actions sont aléatoires. Le hasard a donc une grande importance dans tous les phénomènes qui sont réalisés sur Terre, dans notre galaxie et dans tout l’espace.

Les vibrations des électrons entraînent aléatoirement une ou plusieurs des actions suivantes.

  • Incitation au déplacement, pour tous les électrons, qu’ils soient libres, ou participant à des composés.
  • Liaison des électrons ce qui entraîne des perturbations de leur arrangement dans l’éther, avec formation d’ondes de l’espace (voir plus bas) qui correspondent aux liaisons qui les ont formées ; elles peuvent être considérées comme des informations aléatoirement diffusées ailleurs dans l’Univers. Des êtres vivants, dont les humains, savent les utiliser de différentes façons, dont radio, lumière, vision.
  • Équilibrage permanent, – que nous appelons entropisation -, par les vibrations des électrons de l’Ether, de la densité des matières au fur et à mesure de la création des composés. Cela correspond à l’augmentation de l’entropie, formant la gravité dans les composés à tous les niveaux, les uns dans les autres éventuellement, et dans l’espace.
  • Augmentation de l’agitation thermique, que, nous, êtres vivants, considérons comme une sensation de chaleur, qui ne correspond à rien dans l’espace.
  • Dans l’éther, des événements plus importants qu’à l’habitude, peuvent nous être sensibles et apparaissent comme étant réalisés par des particules différentes, les neutrinos. Ce sont les électrons de l’éther de l’espace, se déplaçant de l’un à l’autre, jamais davantage, donnant l’impression de mouvements suivis avec modification des qualités des acteurs.

Ondes de l’espace

Toutes liaisons d’électrons créent des perturbations des électrons de l’éther. Ces perturbations forment des accumulations instantanées qui se déplacent et peuvent avoir des actions ailleurs.

Des actions dans les OE créent exactement les mêmes phénomènes de perturbations, avec les mêmes conséquences. Cela crée des situations qui peuvent être excessivement compliquées, dans l’espace général ou les milieux particuliers que nous connaissons sur terre et existent partout, selon les circonstances, dans les objets de l’espace : organismes vivants, cristaux dans les matières, et probablement création des atomes et molécules
La gravité

Partout dans l’espace, libre ou celui déterminé par des modifications de la matière des objets, les vibrations permanentes des électrons régularisent leurs dispositions les uns par rapport aux autres, réduisant les perturbations et désordres.

C’est une augmentation permanente de l’entropie, appelée entropisation, à l’intérieur du composé, qui est alors différent des composés voisins avec des limites mouvantes entre eux-mêmes si elles ne sont pas visibles.

C’est la gravité.

Elle existe à tous les niveaux, depuis les premières liaisons des électrons libres, jusqu’aux galaxies d’étoiles et autres objets et leurs amas. Elle est toujours réalisée par les électrons libres qui sont tous composants de l’éther de l’espace.
L’agitation thermique

C’est toujours le résultat de la liaison d’électrons. Ces liaisons sont irréversibles, au niveau du « degré d’entropie » de leur création, par ce qu’il n’existe pas de force qui pourrait casser cette liaison.

À l’intérieur d’un composé, l’entropisation est permanente, tenant compte de toutes les modifications dues aux liaisons des électrons.

C’est ainsi que se crée une augmentation de l’agitation thermique qui peut dans certaines circonstances casser des liaisons d’électrons pour en créer d’autres plus importantes.

Le degré d’entropie est mesuré en kelvins, comme la température.
© – Philippe Dardel – 23,02,2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s