Charte de la Recherche

pour la qualité et la publication.

Suite de l’article : « Nouveau système de recherche en Physique », publié le 20 mars 2017 (3 jours plus tôt).

Tout le monde sait que le système de recherche en sciences ne marche plus comme il devrait, et qu’il faut faire « quelque chose ».

Mais personne n’est habilité pour cela.

C’est pourquoi, il faut trouver comment faire « quelque chose » quand même !

Il existe plus de 300 associations mondiales des sciences.

Dans presque tous les pays, de nombreux organismes s’occupent de la qualité de LA recherche en science, principalement pour son organisation, et sa réalisation, sans intervenir dans la qualité de la recherche elle-même. LES recherches et leur diffusion, – leur publication – ont été « prises en mains » par des « intérêts » économiques puissants, intervenant ainsi dans la recherche elle-même.

On ne peut pas, il ne faut pas, créer de nouvelle société ou association.

C’est la qualité des recherches et de leur diffusion qu’il faut améliorer. Le problème est difficile à définir, mesurer et éliminer.

Au niveau mondial, l’UNESCO, et, ou l’ICSU Conseil international pour la science (en anglais International Council for Science) ou d’autres organismes pourraient s’y intéresser.

Il faudrait établir une Charte de la Recherche (CR ou RC) qui fixerait :

  • Les règles de travail et de liberté des recherches et leur publication.
  • La qualité de la recherche, sans incidence sur l’organisation de la recherche par les chercheurs et ses conséquences (médailles, récompenses, postes, etc) sur la carrière ou la vie des chercheurs, surtout ceux qui ne font pas que de la recherche.
  • Elle serait mise à jour régulièrement, et au fur et à mesure des besoins, pour toujours être efficace.

Cette CR sera validée par les sociétés et associations mondiales et nationales et pourra intervenir pour une appréciation de qualité de la recherche et de diffusion dans tout le public et l’enseignement.

Des logiciels d’appréciation des chercheurs et des recherches seront créés adaptés aux besoins et mis à jour régulièrement.

Des dispositions particulières permettront son utilisation, tant dans les bases de données ouvertes à tout public, que pour la publication qui garantira la qualité des textes mis à la disposition du public.

Les incitations à la bonne recherche seront laissées à discrétion des pays, leurs associations et centres de recherches, dans le cadre de la charte, qui sera intégrée dans les dispositions particulières des académies nationales, et tous centres de recherche et d’enseignement.

Au niveau mondial et séparément dans tous les pays concernés, des comités des sages, composés de savants reconnus, travaillant bénévolement quand il en est besoin, seront pourvus de l’autorité nécessaire pour tenir à jour les règles de la Charte de la Recherche.

Tous les chercheurs en science seront tenus, au début de leur carrière de chercheurs, ou à l’occasion de recherches ponctuelles, de prononcer un serment de bonne conduite.

Un petit comité auto-constitué pourrait rédiger un protocole et le proposer à l’UNESCO et ou l’ICSU pour étude et mise en place progressive le plus rapidement possible.

La recherche établit ainsi sur des bases nouvelles pourrait redonner aux scientifiques les taches, émotions et joies de l’enseignement et des découvertes.

© – PhDardel – 23 mars 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s