Changer la Physique avec la Pré-Matière

Nous appelons pré-matière, dans les objets de l’Univers, toute la zone entre les électrons qui mesurent 10-18 mètre de diamètre et les atomes moyens de matière constituée, qui mesurent 10-9 mètre.

Cette différence d’épaisseur de UN nanomètre correspond à un milliard d’électrons et, dans cette épaisseur, les électrons sont liés en éléments très variés qui forment, dans certaines circonstances, les atomes et molécules de notre matière dite constituée.

Nous l’expliquons dans les articles précédents.

L’univers serait composé de plasma à 99 %, à cinq ou six pour-cent près.

Mais qu’est ce que ce plasma ?

Et la matière constituée qui serait le 1 à 5 % d’autre chose ?

Dans une étude récente de l’UNIST et le KRICT ( https://scienmag.com/next-generation-perovskite-solar-cells-with-new-world-record-performance/ )

consacrée à l’utilisation des pérovskites (PSC), nous lisons :

« Les PSC sont constitués d’un mélange de molécules organiques et d’éléments inorganiques dans une seule structure cristalline, qui, ensemble, captent la lumière et la transforment en électricité ».

Il est question de molécules et de cristaux, aussi évoqués dans d’autres études concernant l’électricité avec des matières dites « topologiques » et des cristaux métalliques dispersés dans des substances mal connues.

Les matières topologiques, existant « dans » la limite de « quelque chose », sont appelées aussi exotiques, et elles ont valu le prix Nobel de Physique en 2016 à trois physiciens britanniques.

Par ailleurs, dans de nombreuses études on utilise des matières (graphène et autres) en 2 dimensions qui ne peuvent pas exister, ou plutôt, dont la troisième dimension a toujours son importance.

Que sont ces matières, utilisées en supraconductivité, les meilleurs étant actuellement des molécules très compliquées, faites d’atomes très variés ?

Dans une « recherche » (à ma manière de non-physicien) sur l’électricité, j’avais trouvé que lumière et électricité avaient la même forme d’action. L’électricité étant simplement la possibilité pour les électrons de se lier entre eux, avec pour conséquence une augmentation de l’agitation thermique. L’électricité existerait partout et, sur Terre, les hommes ont inventé le moyen de l’utiliser où ils en ont besoin, difficilement, à cause des structures, – que je ne trouvais pas.

Ce blocage disparaît si nous restons dans la pré-matière.

Ce qui confirmerait l’importance de l’étude de la pré-matière.

Cette structure et substance, inconnue, nous entraîne vers d’autres formes ou idées pour la création de la matière constituée (de notre planète) et des plasmas des objets de l’espace.
La matière constituée

Elle est créée sur et dans notre planète et d’autres objets de l’espace, dans des conditions précises, de température notamment.

Ces objets sont formés dans l’éther de l’espace et dans les nébuleuses, par liaisons d’électrons et de composés. Ils grossissent ensuite par accrétion d’autres objets et liaisons permanentes d’autres électrons n’importe où. Très lentement, avec augmentation parallèle de la chaleur, jusqu’à transformation de la matière en plasma d’atomes puis l’ensemble en étoile qui finit en explosion.

Notre vie et environnement sur Terre sont créés et évoluent selon des règles de physique que nous n’avons jamais bien comprises, en particulier pour des phénomènes topologiques qui existent dans la pré-matière, dont nous ne tenons pas compte.

Toutes les dernières observations et découvertes nous obligent à modifier notre façon de penser et à établir et appliquer de nouvelles les lois de la physique.

C’est une modification importante difficile qui pourrait nous aider à résoudre des problèmes urgents actuels comme ceux du réchauffement global et l’utilisation de l’énergie.

Les étoiles et tous autres objets volumineux dans l’espace

Ils seraient formés directement en « plasma », sans stade intermédiaire de matière constituée d’atomes qui continue à donner son nom aux objets, nuages de particules dites poussières ou gaz.

Il nous semble, actuellement, qu’il suffirait de les condenser pour en faire une étoile. Nous savons que cela ne se passe pas de cette façon et nous le comprenons mieux en tenant compte de tout ce qui se réalise dans la pré-matière, qui ne deviendrait jamais matière dans les étoiles.

Cela ne change pas ce que nous observons, les objets divers en évolution permanente entre nébuleuses et nuages sombres de matières (?) et pré-matière et objets plus ou moins visibles, dans des structures diverses.

Les grands problèmes de la physique de l’Univers ne changent pas mais leurs explications sont différentes de celles que nous connaissons. La gravité, la lumière, l’énergie sont encore à comprendre.

Les lois générales, les théories, les études mathématiques sont à modifier.

Cela ne change rien à la théorie de base de l’Électronisme, mais il faut revoir les explications et leurs applications, en particulier pour le travail des techniciens et physiciens chercheurs en nanosciences, qui ont beaucoup à inventer, pour comprendre et utiliser les éléments de la pré-matière.

Il faut aussi modifier l’enseignement de la physique à tous les niveaux.

Tout revoir tranquillement, comme si on arrivait à une nouvelle physique.

Pour un nanomètre d’épaisseur de pré-matière.

© – Philippe Dardel – 2 avril 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s