La Prématière explique tout l’Univers

La récente prise en compte de la Prématière est la suite des recherches concernant la matière juste avant la création des atomes.

Depuis 2000 ans, les atomes n’avaient jamais été remis en cause dans la création de la matière de notre planète et des étoiles dans l’espace.

Nous savions depuis longtemps que les atomes étaient sécables et que les modèles d’atomes d’il y a un siècle n’étaient pas valables.

Les atomes mesurent en moyenne 10-10 mètre et les électrons 10-18 mètre. Entre les deux, il y a l’épaisseur de 100 million d’électrons et donc une zone très importante, – relativement à la dimension des éléments—, dans laquelle peuvent se créer des composés excessivement variés, avec toujours uniquement les règles de fonctionnement des électrons et comme partout et toujours l’intervention du hasard.

Les électrons et les objets de l’espace


— Au niveau primordial :

La première « observation » du fonctionnement des liaisons des électrons montre que le risque de création d’un vide dans l’espace est palier par des perturbations dans la disposition des électrons de l’Ether autour du lieu des liaisons,

  • C’est déjà un équilibrage (« entropisation ») de la répartition des électrons, correspondant à la gravité qui se formera dans des objets et toutes zones limitées, ou non, de l’espace,
  • et création, tout autour de l’événement, de rayons qui peuvent déplacer très loin les « informations », créées à des fréquences qui forment le spectre dit actuellement électromagnétique, et peut-être utilisé comme lumière et images pour les êtres vivants.
  • Des observations récentes, avec du matériel très sophistiqué, de matière au niveau presque primordial, ont montré des objets colorés, donc déjà reproduits « en lumière », qui peuvent se dupliquer, aléatoirement, ailleurs.


— Au niveau supérieur de la création de la matière :

Des observations et étude de matières « topologiques » (Prix Nobel de Physique 2016) qui ne sont pas « encore » des atomes habituels.


— Entre les deux niveaux,
dans un espace encore très important, se situe TOUTE la création de la matière, que nous considérons différemment selon les objets que nous observons, sachant qu’une seule et même physique s’applique partout dans tout l’Univers.

Ce sont principalement :

  • La Terre, seul objet que nous pouvons toucher et observer en détail. C’est une planète tellurique, créée exactement comme tous les autres objets de l’espace, avec des particularités dues à sa dimension et son environnement, température de l’espace notamment.
  • Les étoiles et tous objets similaires, « visibles » ou non, dans leurs galaxies et autres structures, créés exactement comme notre planète, mais dans des conditions différentes, en particulier de dimensions et environnement.

Nous les voyons mal, mais les améliorations des matériels d’observation sont permanentes. Il nous faut bien les comprendre pour interpréter complètement les informations recueillies, ce qui nécessite une bonne connaissance de la lumière et la vision.

  • Les nébuleuses et nuages sombres ou non, plus ou moins visibles, existant dans toutes les galaxies, et ailleurs, depuis le début de l’Univers, il y a presque une éternité.


Ce que nous savons déjà et les orientations possibles


— La physique de l’Univers est unique
et applicable à tous les niveaux de la même façon.

Il ne peut pas exister de règle mathématique adaptée à certains niveaux précis de fonctionnement, comme, par exemple, le forme générale ou la physique quantique si elle existe.

Au niveau primordial et juste au dessus.

Cette zone de création de la matière est mal connue, mais a déjà été partiellement étudiée, suite à des observations et les essais de théories plus ou moins acceptées ou abandonnées.

  • Les liaisons d’électron sont toujours accompagnées de :
  • création de « rayons de lumière » En contrepartie ces rayons n’existent que s’il y a liaison d’électrons.
  • augmentation d’agitation thermique
    • Des théories abandonnées, ou même encore étudiées, ont pu utiliser d’autres éléments et événements créés normalement par les électrons. Il s’agit principalement :
  • Des théories des cordes, probablement basées sur l’observation ou expériences de pensées en physique ou mathématique. Nous pouvons penser que des cordes ou rubans d’électrons ont pu créer des composés comparables aux petites protéines et virus de la matière vivante.
  • Le Modèle Standard des particules et la Supersymétrie dont certaines particules, observées dans des collisionneurs, pourraient exister comme éléments réels dans la chaîne de création des composés. Il s’agirait particulièrement des quarks et des bosons, même celui de Higgs qui seraient des éléments intermédiaires.
  • La Mécanique Quantique basée sur des éléments mathématiques inventés et adaptés aux connaissances, comme l’utilisation des Qubits, qui ont pu être observés, confondus avec des composés réels, fugitifs ou instantanés.

— Au niveau supérieur de la création de la matière,

  • Nous connaissons les atomes, molécules et matières créées, sans aucune indication sur leur formation à partir d’électrons plus ou moins libres et de protons formés à un stade précis de l’évolution des composés.

—  Il reste donc beaucoup à connaître dans la grande zone entre électrons et atomes, entre des petits composés et des gros objets, jusqu’aux étoiles qui pourraient être formées de plasma sans être passé par le stade atomes et molécules.

  • Les études en nanoscience et tous développements particuliers comme les recherches dans la chimie du carbone et probablement du silicium pourraient-elles nous indiquer des lois applicables dans certains cas malgré la présence permanente du hasard ?
  • La chimie organique nous montre des composés très compliqués de brins ou cordes d’électrons plus ou moins surliés. Nous devrions avoir des objets similaires qui prépareraient des massifs de matières homogènes ou des cristaux liés ou non à la création des atomes ou des molécules plus ou moins aisément fissiles.
  • Notre étude de l’électricité sur Terre, à partir d’éléments connus montre la possibilité de créer des systèmes électriques à supraconductivité à haute température, si nous savons manipuler des éléments pré-atomes…
  • Les physiciens ont certainement encore beaucoup d’idées…Cette étude est à réaliser sur terre, bien sûr, mais la matière des nébuleuses sera toujours très intéressante à étudier.

Ce texte sera incorporé au Chapitre III de l’Essai.

© – Philippe Dardel -28 avril 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s