L’Électronisme explique les Cristaux de temps

et lesmétaux liquides, facilement et complètement

En 2012, le Prix Nobel de Physique a été attribué à Frank Wilczek pour sa découverte des « cristaux de temps ».

Actuellement, début 2017, des physiciens semblent créer à volonté ce nouveau matérieu, sans en comprendre le principe et surtout le fait qu’ils le réalisent sans intervention d’énergie.

http://www.sciencealert.com/it-s-official-time-crystals-are-a-new-crazy-state-of-matter-and-now-we-can-create-them?utm_content=buffer0193d&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

Par ailleurs dans des études différentes, des physiciens créent et manipulent des métaux liquides. Ils n’ont comprennent pas non plusles principes de base.

http://www.sciencealert.com/scientists-have-created-liquid-metal-drops-that-behave-like-t-1000?utm_content=buffer0c5fe&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

Ces phénomènes sont à rapprocher des études actuelles des matières « topologiques » qui ont valu le Prix Nobel de Physique 2016 à 3 physiciens britanniques.

Dans ces trois phénomènes, il semble que des lois dites « fondamentales » de la physique sont violées.

Jusqu’à maintenant, les physiciens étudiaient les molécules de matière qui nous « touchent » directement c’est-à-dire la partie des objets en contact avec l’environnement, – qui a une influence sur leur formation -, ce que nous considérons comme la matière « constituée ».

Les études dont il est question ici, concernent ce que nous avons appelé dernièrement la Prématière, c’est-à-dire la création des « matières » à partir des électrons et jusqu’à la création des atomes stabilisés dans des molécules en partie extérieure des objets, dont nous ne connaissons bien que notre planète.

Il semble que dans la prèmatière, épaisse de 100 millions d’électrons, avant d’arriver aux molécules que nous voyons, il se crée de nombreux atomes ou corps différents qui sont la suite de composés très variés que nous ne connaissons pas du tout pour le moment et dont nous n’avons jamais tenu compte dans toutes les recherches en physique, même par les physiciens mathématiciens de l’École de Copenhague qui étudiaient des phénomènes quantiques au niveau des atomes.

Ce que les physiciens découvrent actuellement, dans la matière de notre planète, est à extrapoler pour celle de tous les objets de l’espace.

Cela remet en cause tout ce qui a été dit et étudié jusqu’à maintenant, concernant la création de ces objets.

Tous ces phénomènes sont expliqués facilement et complètement par la théorie de l’Électronisme.

La base de tout est la seule règle de fonctionnement des électrons vibrants, existant et formant l’éther de l’espace, équilibré en permanence (entropie) par leurs vibrations.

Les électrons se lient aléatoirement (voir Chapitre II) ce qui crée des perturbations de l’espace, adaptées aux liaisons et créant des rayonnements sensibles aux êtres vivants (ondes de l’espace et lumière – Voir Chapitres IV) qui se reproduisent immédiatement, ou plus loin dans le temps et l’espace, selon la qualité des objets créés par accrétion dans les nébuleuses.

C’est ainsi que peuvent se créer des superpositions de liaisons d’électrons libres ou déjà composés, qui formeraient, éventuellement, les phénomènes quantiques, les « cristaux de temps », composés exotiques et autres éléments ou phénomènes encore inconnus ou mal compris.

Ils peuvent créer des atomes provisoires très aléatoires et variables que, sur Terre les hommes essayent d’utiliser.

Ce pourrait être pour la création de systèmes et courant électriques, et plus difficilement des ordinateurs quantiques.

De nombreux phénomènes connus seront à expliquer différemment, comme la création des objets de l’espace, étoiles et trous noirs en particulier.

Pratiquement dans l’état actuel de l’Univers, les nouveaux objets sont créés dans les nébuleuses, avec partiellement les restes indestructibles des étoiles précédentes. Les protons et les neutrons qui forment les noyaux des atomes, de la matière dite constituée, et les noyaux eux-mêmes seraient créés dans la prématière de tous les objets de l’espace et pas comme carburant pour leur fonctionnellement.

Nous savons que les électrons dans des conditions particulières de leurs contacts peuvent se lier et que chaque liaison crée différents phénomènes, dont des perturbations de l’espace proche et leur reproduction possible à des distances plus ou moins grandes dans l’espace et ce que nous, observateurs, appelons le temps..
Autres remarques liées aux nouveaux phénomènes étudiés :

  • Il n’existe pas d’énergie libre ou non dans l’Univers. Aucun physicien n’a jamais expliqué sous quelle forme elle existerait.
  • Le temps n’existe pas comme phénomène réel qui pourrait avoir une action matérielle sur les éléments et phénomènes de l’espace.
  • La chaleur est une sensation pour les êtres vivants. Dans la matière des objets de l’espace, il n’existe que des variations de l’agitation thermique.
  • Ce sont les publieurs qui décident des informations scientifiques à faire connaître à tout ou partie du public scientifique ou non. Ce système pourrait-il être changé ?

© Philippe Dardel – 21 mai 3017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s