III – Des Électrons aux Étoiles

Des électrons des rayons de matière peuvent rencontrer, dans leur galaxie ou plus loin, d’autres électrons et créer ou modifier des objets et de l’espace. c’est ainsi que se développent les étoiles.

 

Novembre 2018
Chapitre IIIDes électrons aux étoiles3,1 – Astronomies
3,2 -Les étoiles, 3,2,a – La matière
, 3,2,b  Les atmosphère, 3,2,c –    Le Magnétisme, 3,3- Création des Matières,3,4 – Cycle de vie d’une étoile

 

3,1 – Astronomies

Dans le chapitre précédent, nous avons vu que des électrons se lient individuellement, un  avec un autre, de composés différents ou non, créant, instantanément, autour d’eux, des rayons de quanta de matière tous différents les uns des autres et variant avec leur éloignement. Les électrons concernés sont presque toujours participants des matières d’objets de l’espace dans des galaxies.

Entre les électrons et les étoiles existentn, sur notre planète, des êtres vivants TOUS sensibles, selon leur état, aux rayons qui les atteignent.

La réaction normale  consiste en nouvelles liaisons d’électrons et création ou modifications d’autres composés et la formation instantanée de rayons dans des zones plus ou moins proches avec augmentations localesl de l’agitation thermique. Ce sont des zones de modification et grossissement d’étoiles et objets très divers. Ailleurs, c’est la création aléatoire et dispersée de nouveaux objets de l’espace.

Pour faciliter leur vie, des êtres vivants utilisent des objets et des rayons de matière de diverses provenances. Certains, en plusieurs milliers d’années d’évolution, ont trouvé et perfectioné la vision pour « voir » les objets qu’ils touchaient, puis la lumière qui les éclaire, l’éclat des feux de brousse lointains et d’autres objets, semblables, encore plus loin, qu’ils ne pouvaient pas rejoindre et comprendre… Ils les ont tous appelés étoiles, les ont regardés et admirés puis observés.

C’était le début de l’astronomie, il y a 200 000 ans.

Cette astronomie a continué, s’est améliorée avec des techniques très sophistiquées. On ne confond plus les feux du ciel avec ceux de brousse qui servent encore de modèle, parce que personne n’a jamais ni vu, ni décrit une étoile.

Cependant, depuis quelques années, astromes et physicien expliquent de nouvelle façon leurs observations, en reprenant des modèles théoriques déjà étudiées il y a 200 ans.

Depuis quelques années, les astronomes savent qu’ils utilisent les rayons et leurs accumulations, et non la lumière des étoiles, pour comprendre ce qu’ils regardent. Leurs observations sont inchangées mais les explications sont différentes.

Astronome et astrophysicien commencent à utiliser de nouveaux modèles et d’autres es théories pour expliquer les halos d’objets brillants qui semblent éclairer les galaxies. Ils trouveront bientot des explications crédibles aux belles nébuleuses, comme zones d’expansion des étoiles mortes et de création de nouveaux objets de l’espace.


3,2 -Les étoiles

3,2,a – La matière

 Nous considérons qye la plus grande partie des étoiles et autres objets de l’espace sont créés et se développent dans les galaxies et autres structures diverses.

Tout se réalise partout de la même façon comme suite aux liaisons individuelles d’électrons. Les rayon se créent et se multiplient aléatoirement, remplissant les atmosphère des objets, tout en continuant a empêcher les vides dans l’éther. Il faut beaucoup de temps pour que  les étoiles arrivent à leur fin et soient dispersées dans d’immenses nuages sombres, « invisiblees » aux êtres vivants. Ils se transforment en nébuleuses dès que se produisent les premières liaisons d’électrons créant des rayons qui se multiplient dans des objets nouveaux ou modifiés avec augmentation locale de l’agitation thermique.

L’agitation thermique est un phénomène lit à la gravité telle que nous l’avons définie au chapitre II. La gravité équilibre, instantanément, dès que besoin, les masses dans les composés qui semblent entourés d’une enveloppe fluctuante. Les liaisons d’électroncs et les rayons créés sont plus nombreux que dans l’atmosphère autour d’eux. Ainsi à l’intérieur des composés se crée une augmentatio inéluctable des rayons de matière qui se multiplient encore.

3,2,b  Les atmosphère

Des rayons de matière, créés dans un objet de l’espace, peuvent en sortir et se déplacer vers l’extèrieur. C’est son atmosphère, dans lequel les rayobs rencontrent des petits corpés et particules très variés, dont la quantité se réduit avec l’éloignement.

Lorsque des contacts ont lieu aléatoirement avec liaison de 2 électrons, d’autres rayons se créent instantanément tout autour avec parfois création de nouveaux objets.

Il se forme ainsi une atmosphère autour de tous les composés de n’importe quelles dimensions. C’est ce que nous connaissant dans l’atmosphère de la terre.

Le composé de basse et son atmosphère ne sont séparés, ou considérés comme tels, que par le fait qu’ils forment des objets différents. Cette séparation n’est pas une enveloppe mais une limite naturelle créée par les rayons tangents à l’un ou l’autre objet.

Ce qui explique les limites des objets, étoiles, planètes, astéroïdes, indépendants les uns dans les autres, dans des galaxies et autres amas d’étoiles.

Une limite semblable existe à l’extérieur des atmosphères des composés et objets, jusqu’aux étoiles et galaxies. C’est une séparation précise entre les atmosphères et la zone environnante de l’espace.

Cela n’exclut pas la présence et le développement éventuel de composés qui pourraient se créer dans les grandes zones entre les galaxies et leurs grandes structures.

Les objets dans l’atmosphère diminuent en nombre et disparaîssent avec l’éloignement. Tant qu’ils existent, ils restent accrochés au corps de base, en fonction de leurs masses respectives et de l’activité des rayonnements, correspondant à l’agitation thermique. Il est maintenu et renouvelé en permanence par les rayons qui proviennent du composé de base et de particules normales de l’espace.

Selon les objets et les circonstances, en particulier le niveau de l’agitation thermique, les atmosphères, même de petits objets, peuvent prendre une grande importance et des objets, voisins dans l’espace, peuvent s’interpénétrer et se confondre l’un dans l’autre, entraînant des liaisons plus ou moins fortes entre les atmosphères. Les liaisons catalytiques sont de cet ordre.

3,2,c –    Le Magnétisme

Le magnétisme serait dû à la gravité qui équilibre instantanément les masses créées dans les petits corps qui forment les objets de l’espace, étoiles, planètes et autres. Le caractère topologique des électrons et petits composés à l’intérieur des objets pourrait être important.

En même temps seraient expliqués I’électricité statique et tous les problèmes de surface et interface dans les objets de l’espace.

Actuellement (en 2018) une équipe de chercheurs australiens, spécialistes des lasers, étudie le problème dans ce sens.

L’électricité et le courant électrique sont des phénomènes différents, étudiés et utilisés uniquement par les hommes sur Terre.



3,3- Création des Matières

La création des matières des objets de l’espace est difficile à expliquer. Dans l’ensemble de l’univers, elles sont toutes composées d’électrons, mais d’une galaxie à l’autre, les matières peuvent être différents à cause du hasard.

 Il semble que les observations des  physiciens montrent l’application des principes généraux des fonctionnements des électrons, comme nous l’expiquons dans les trois premiers chapitres de cette étude.

Actuellement, les idées des physiciens commencent à changer :

Une « collaboration » de chercheurs de la matière, déclare que la structure réelle de la matière est beaucoup plus compliquée que lorsque les atomes étaient traités comme des petites sphères.

Les scientifiques utilisent du matériel en continuelle amélioration, en particulier les microscopes (et nanoscopes) qu’ils adaptent à leurs besoins. Les observations actuelles apportent des informations très importantes pour la connaissance de la création de la matière et des objets.

En biologie, les chercheurs et techniciens connaissent bien les protéines qui sont les principaux composants de la matière vivante. Ils les décrivent comme des composés d’atomes et de molécules de forme très variées, principalement en rubans souples et multiples imbriqués ou repliés sur eux-mêmes, capables de se modifier en permanence par le remplacement instantané de petits éléments, changeant ses qualités et actions dans les cellules.

Ces structures existeraient aussi dans la matière minérale.

Depuis deux mille ans, l’atome est considéré comme le constituant principal des matières, partout dans l’Univers. Il a été décrit de différentes façons, par de nombreux scientifiques, en particulier, en 1913 par Niels Bohr. Après lui, d’autres physiciens en mécanique quantique ont étudié et proposé des fonctionnements excessivement compliqués.

Très peu de chercheurs, physiciens ou chimistes, se sont intéressés à ses structures. Sa forme sphérique n’a jamais été mise en doute, et les liaisons pratiques réelles entre ses composants n’ont pas été étudiées.

Dans l’Électronisme, l’atome est un composé normal d’électrons, comparable à tous les autres, mais composé, par élément chimique, d’un nombre précis de protons, liés d’une façon particulière, bien qu’ aléatoirement, qui donne ses caractéristiques à l’élément chimique. Il serait réalisé dans des zones à forte agitation thermique avec probablement liaisons de deux électrons d’un même composé. Il existe de très nombreuses possibilités qui nous sont cachées par le hasard.

Il nous reste beaucoup à comprendre, comme le neutron, éphémère lorsqu’il est libre, ou les molécules qui, dans tous les obkets de l’espace, créent des matières presque toujours composées d’éléments chimiques différents, parfois très nombreux.
3,4 – Cycle de vie d’une étoile

Nous essayons de raconter le cycle de vie d’une étoile.

C’est une version possible, malgré toutes les inconnues, tout ce que nous ne  comprenons pas (encore).

Nous commençons la description dans une nébuleuse.

Dans les galaxies les nébuleuses résultats de la transformation des matières dispersées des étoiles mortes, en nouveaux objets de l’espace. Elles nous deviennent visibles dès que reprennent les liaisons d’électrons créant rayons, matières et objets de l’espace.

D’autres objets peuvent être créé dans les atmosphères parfois immenses des grandes étoiles.

Des observations actuelles de la comète Tchouri, sur laquelle Rosetta a posé un minilaboratoire, montrent une matière semblable à celle de la Terre, mais beaucoup plus légère, comme s’il existait beaucoup d’espace entre les composants.

La gravité existe aussi dans cet astéroïde.

Nous observons des catégories différentes d’objets :

— Des astéroïdes et « cailloux » divers, qui  peuvent etre créés et se développer dans l’atmosphère d’autres objets.

— Des planètes nous apparaissant généralement sphériques ce qui n’est peut-être pas exact,

— Des étoiles, probablement non sphèriques non plus, dont le volume est beaucoup plus important que les objets précédents. Leur évolution dépend de leur matière.

Tous  les objetsi de l’espace finissent par devenir des étoiles qui grossissent et disparaissent…

Dans les étoiles, les matières et leurs composés continuent des regroupements avec liaison des électrons créant en même temps une augmentation de l’agitation thermique.

En plusieurs milliards d’années, des protons sont créés et nombre d’entre eux sont fusionnés en noyaux d’atomes.

L’agitation thermique encorre. À une certaine haute fréquence de création de rayons, ils ne nous sont plus visibles.

Pour nous, l’étoile parauelil comme un trou noir dans lequel nous ne pouvons rien voir. Il peut nous cacher d’autres objets.

Il grossit encor

Puis la liaison des électrons deviennent trop nombreuses, nous ne pouvons plus ler voir.

C’est alors la véritable mort de l’étoile. La température diminue et, à un certain niveau, l’objet nous réapparaît, énorme et très brillant. C’est un quasar ou autre objet similaire qui va évoluer jusqu’à nous être à nouveau invisible, en se transformant en nuages sombres, dont les composés se défont en matière in constituée et forment une nébuleuse invisible mais présente.

Cela peut durer très longtemps, des milliards ou dizaines de milliards d’années, pendant lesquelles les matières continuent à se modifier et se créer.

Le cycle de vie d’une étoile est bouclé. Des milliards d’autres sont déjà commencés ailleurs…

Publicités