Résumé

L’Électronisme est la Physique de l’Univers, avec l’espace et toutes les étoiles.
C’est aussi la Théorie du Tout, cherchée depuis très longtemps

Toute la Théorie
L’électron est la seule particule fondamentale de l’Univers.
Tous les électrons sont semblables, formés d’une matière inconnue qui vibre en permanence.

Ils remplissent l’espace, le créant avec tous ses objets
Les vibrations provoquent leurs déplacements dans l’espace et dans toutes les matières des objets de cet espace.
Ils rencontrent ainsi d’autres électrons libres ou déjà composants de matières.
Les contacts peuvent être suivis de mouvements nouveaux ou de liaisons.
Il en résulte la formation ou modification des matières
et la création de tous les objets de l’espace.
Les règles de fonctionnement sont simples et immuables
Toutes les actions sont réalisées par les électrons, partout, de tout temps, de la même façon, toujours suite à un contact entre eux.
Ainsi, aucune action n’est possible à distance.

Cette théorie est scientifique, selon les critères de Karl Popper.

La présente étude, — en cours —, est basée sur les connaissances accumulées par les savants, comme suite de toutes leurs observations et expérimentations, selon ce qu’il m’est possible de connaître.
Elles sont toutes acceptées et je n’ai rien inventé.
Sauf des explications différentes pour la plus grande partie des phénomènes connus.

Telle qu’elle est décrite actuellement en 2 016, la théorie est complète.
Mais nous n’avons pas encore compris tous les phénomènes qui créent tout ce que nous observons dans l’Univers.
Des contrôles et explications complémentaires sont à réaliser par des scientifiques.


Particularité des études avec l’Électronisme

La théorie de l’Électronisme est basée sur un seul élément, l’électron que nous considérons comme connu et accepté par tous les savants avec toutes ses caractéristiques, invariables en tous lieux et circonstances.

Pour connaître tous les phénomènes et objets sur Terre et ailleurs dans l’Univers, nous savons qu’il nous faut chaque fois, autant que possible, retrouver les électrons avec leurs règles immuables de fonctionnement.

Entre la matière que nous observons et les électrons, constituants de base, existent des composés excessivement nombreux, créés par hasard, différents les uns des autres, souvent difficiles à comprendre.

La totalité du système de l’Univers est essentiellement aléatoire.

Les règles de fonctionnement des électrons sont immuables et peu nombreuses, mais toutes les actions sont réalisées au hasard, sans aucune relation entre elles.
Aucune règle particulière ne s’applique à la création des composés, matières et tous les objets de l’espace, utilisant au hasard des objets, déjà créés au hasard.

Au siècle dernier, le physicien Edward Lorentz (1917-2008) a montré que le chaos était prévisible mais les systèmes basés sur le hasard ne le sont pas du tout.
C’est ainsi que les études mathématiques réalisées par de grands physiciens, Newton, Einstein, Maxwell, Dirac, Feynman et bien d’autres ont été longues et compliquées lorsqu’ils utilisaient des éléments observés qui sont tous les suites de phénomènes aléatoires.
Leurs théories et explications sont difficiles à comprendre et certaines ne peuvent pas être acceptées.

Les études de l’Univers et sa physique sont restées très marquées par les difficultés de ces études et l’obligation, qui semble fausse actuellement, de connaître les mathématiques pour oser essayer de comprendre.

Malgré la création d’un nouveau paradigme, l’Électronisme ne changera pas beaucoup la physique pratique des scientifiques, chercheurs et techniciens, parce que leurs études, recherches et technologies actuelles sont réalisées principalement par le procédé essai-erreur et les observations réelles.
L’Univers

L’énergie, la lumière, la chaleur, le temps et d’autres phénomènes, auxquels nous sommes habitués, n’existent pas dans l’Univers.

Dès le début de leur création, les hommes ont observé les fonctionnements de l’Univers à travers les événements et les objets autour d’eux. La masse, la lumière, la chaleur, le mouvement et l’énergie, ont toujours été connus et faisaient partie d’eux-mêmes.
Ils attachaient une grande importance à ces éléments qui semblaient régler leur existence :

La Terre et tous les objets. Ils les ont appelée masse.
Le Soleil et le feu. C’était l’énergie.
Le jour et la nuit ont montré la lumière.
Les hommes se sont alors créé des habitudes matérielles, intellectuelles et sociales qui ont évolué avec le temps.
Nous utilisons encore actuellement, malgré les travaux de tous les savants, la masse, l’énergie et d’autres éléments, comme ils ont été définis précisément dès le début de l’humanité. Nous les manipulons apparemment selon des règles qui correspondent à ce que nous, êtres vivants, attendons, parce que c’est ce que nous avons l’habitude d’obtenir depuis toujours.
Nous incorporons ainsi dans nos réflexions des éléments qui nous semblent exister naturellement sans que nous ayons besoin de les connaître, comme la lumière et l’énergie.
Mais nous ne savons pas ce qu’ils sont, ce qui nous empêche de comprendre de nombreux autres phénomènes.
État actuel de la recherche pour l’Électronisme, en 2016

Un raisonnement récent nous amène à penser que le système de l’Univers est beaucoup plus aléatoire que ce que nous avions imaginé depuis le début de notre étude.

La création des composés, matière et objets se réalise selon les règles complètes de fonctionnement des électrons. Nous devons ajouter, — dans notre description des liaisons des électrons pour créer composés et matières —, les circonstances et les temps nécessaires pour que tous les électrons vibrants, participants, réalisent les contacts et liaisons.

Le temps n’existe pas et les opérations qui se réalisent toujours instantanément, ne le font que lorsque le contact réel des électrons le permet. Un temps (humain) très important de déplacement et contacts « infructueux » peut se dérouler jusqu’à la réalisation de toutes ou la plus grande partie des liaisons nécessaires. Ce temps est très variable en fonction de l’importance des composés et les liaisons précédentes toujours aléatoires.

Cela explique tous les délais nécessaires à la réalisation des matières et des objets de l’espace, et l’existence presque éternelle de l’Univers.


Résumé en suivant les chapitres de l’essai

1 – L’Univers existe depuis un non-début, il y a presque une éternité. C’est une réalité aussi forte que celle de notre existence.
La cosmologie actuelle n’est pas scientifique, acceptant certaines formes ou situations dont la réalité n’est qu’une croyance.
Il est créé par l’existence des électrons qui forment l’Éther de l’espace et créent tous les objets et leurs matières.
Le temps n’existe pas matériellement. C’est un outil créé par les hommes et pour eux.
L’Univers est un système actif sans conscience, dans lequel tout est réalisé par hasard à partir des électrons.

2 – Les électrons sont les seules particules élémentaires. Ils sont connus de tous les physiciens. Nous utilisons ses propriétés et avons ajouté les quasi-vibrations qui étaient devinées depuis très longtemps et commencent à être observées.
Ils sont uniquement masse qui constitue toute la masse de l’Univers.
L’énergie, comme force agissante, n’existe pas, ni participant aux particules, ni libre dans l’espace.
L’agitation thermique est une conséquence des actions. Elle est ressentie comme chaleur par les êtres vivants.
L’équation E=mc2 d’Einstein est difficile à admettre, puisqu’il n’existe pas d’énergie, indépendante ou non.

3 – Dans l’Éther de l’espace, les électrons vibrent et se déplacent en permanence. Ils peuvent se rencontrer ce qui entraîne : soit des modifications de leurs mouvements, soit leurs liaisons. En milliards d’années ils créent des matières et tous les objets de l’espace.
Nous expliquons la création des composés, en particulier, atomes et molécules de formes très variées.

Ils créent en même temps :
— La gravité qui reste intérieure aux objets à tous les niveaux de leurs structures. Elle explique la création des objets de l’espace, leurs galaxies et les amas très étendus.
— Les nuages gravitiques, ou atmosphères des objets et de nouvelles liaisons et objets, avec des limites entre lesquelles agit le magnisme, à la place de champ magnétique qui n’existe pas.
— Des perturbations de l’espace que nous connaissons comme des ondes, phénomène lié à la capacité de nos matériels d’observation.
L’électricité qui, pour les êtres vivants sur Terre, est l’apparente force qui participe à toutes les liaisons d’électrons, et que nous essayons d’utiliser.
— Ainsi est expliquée la création, en milliards d’années, de tous les objets de l’espace, groupés dans des grandes structures, nébuleuses, planètes et étoiles brillantes qui deviennent trous noirs, quasars, pulsars et très nombreux autres objets très différents les uns des autres, créés de la même matière.
Ces règles expliquent aussi la presque éternité de l’Univers.

4 – Les perturbations ondes se déplacent dans tout l’Éther de l’espace. Elles nous apparaissent alors comme des ondes que les êtres vivants utilisent de différentes manières, lumière et vision en particulier. Nous les expliquons complètement, y compris les vaguelettes sur une mare lorsqu’on y jette un caillou. Le tsunami a une origine similaire.
La lumière n’existe que pour des êtres vivants qui ont créé le sens de la vision pour l’utiliser. Elle nous permet d’observer et comprendre de nombreux autres phénomènes.

5 – L’air et l’eau sont des quasi-matières dans l’atmosphère de notre planète et probablement d’autres objets de notre galaxie et d’autres structures.
L’air correspond aux nuages gravitiques avec vents de particules qui existent autour de tous les objets.
L’eau est créée à partir des massifs de matières fissiles qui sont transformées lors d’augmentation de la température de la matière de la planète. Elle a créé les océans et continue actuellement pour des rivières atmosphériques et des nappes d’eau profonde de la Terre.
L’énergie nucléaire est mal expliquée et pourrait être utilisée en essayant de produire directement du courant électrique dans les réseaux.
L’électricité est la possibilité, dans certaines conditions, de liaison des électrons en contact, dans tous les objets de l’Univers. Elle existe en permanence, sans caractéristiques ou dispositions spéciales dans ces éléments. Aucune force ou énergie n’est associée ou nécessaire aux électrons qui se lient.

6 – La vie est un phénomène que nous ne comprenons pas encore. Les êtres vivants sont créés comme toutes les matières dans l’Univers avec la caractéristique « Vie » en plus.
Tous les êtres vivants sont entourés d’une enveloppe qui participe à leur fonctionnement.
Ils disposent tous d’un système nerveux plus ou moins apparent et développé, depuis les colonies d’individus unicellulaires jusqu’au cerveau des êtres dits supérieurs.
Ce système peut être assimilé à un réseau de protéines spécialisées dont les modifications successives sont incitées par les sens dont les informations seraient transmises par des perturbations de l’espace interne des organismes.
La création puis l’évolution et la vie sociale de tous les individus est la suite normale de tous les autres fonctionnements.
Ainsi… « Il est convenu d’admettre que seuls les hommes disposent d’esprit.
‘Mais que savons-nous des autres personnes non humaines, à qui nous reconnaissons un certain niveau d’intelligence telle que nous l’entendons, et de tous ceux qui semblent ne pas avoir besoin d’esprit pour exister ?
‘Les réactions similaires de certaines personnes à des phénomènes extérieurs dépendent de réflexes acquis, parfois imposés par les dirigeants des peuples, pour le bien de leur communauté ou sous ce prétexte. Cela peut concerner des comportements physiques et mentaux comme l’obéissance militaire, et les croyances exclusives, généralement religieuses ».

7 – La théorie de l’Électronisme doit trouver sa place dans la connaissance de la réalité de l’Univers et a besoin de nombreuses études complémentaires à réaliser par des physiciens.
Nous examinons rapidement les importants problèmes de la diffusion des informations scientifiques et certaines théories différentes de l’Électronisme.
Puis les mathématiques qui sont très utilisées depuis trois siècles pour contrôler les recherches de Physique sans tenir compte du caractère aléatoire de tous les phénomènes et valeurs observées.

Tout est explicable par la théorie de l’Électronisme.
Certains phénomènes sont décrits dans notre essai. Des milliers d’autres ont besoin d’examens complémentaires ou d’études nouvelles pour bien en comprendre le sens.

Octobre 2016